Histoire & Terroir

du verger au moulin...

La Vie Contée - Histoire et terroir - Anne Jaubertie et Cyrille Abonnel - nuciculteurs et mouliniers

Notre histoire

Nous sommes Anne Jaubertie et Cyrille Abonnel, nuciculteurs et mouliniers et heureux parents de trois filles, Thalia, Cléophée et Calixthe. Nous travaillons sous Appellation d’Origine Protégée « Noix / huile de noix du Périgord », et vous accueillons au « Moulin de la Vie Contée », discret hommage au Château de l’ancienne Vicomté de Turenne qui trône face à nous.

La famille Jaubertie vit depuis plusieurs générations à Ligneyrac, avec des origines partagées entre la basse Corrèze et le nord du Lot dans le village de Cavagnac (lignée historique des Jaubertie). Elle est assez typique des familles paysannes pratiquant la polyculture au XXe siècle, avec élevage de vaches et veaux sous la mère, mais aussi de cochons, et en complément des vergers de noyers, sur des petites parcelles dans ces piémonts vallonnés du Massif central.

Notre terroir

Nos vergers prospèrent sur quelques hectares de terre argilo-calcaire, à la limite du plateau du Quercy et du Bas-Limousin, sur les hauteurs de cette magnifique Vallée de la Dordogne, avec une vue imprenable sur le Château de l’ancienne Vicomté de Turenne.

Très appréciée des noyers, la richesse géologique façonnée par l’eau offre des paysages à couper le souffle, avec parfois des particularités surprenantes, comme ce grès rouge de la faille de Meyssac, qui a forgé l’identité et assuré la notoriété de « Collonges-la-rouge », la « cité aux 25 tours » siège de l’association des plus beaux villages de France.

La tradition, de génération en régénération

La retraite approchant pour nos parents, Jean-Pierre et Marinette, la question de reprendre ou de se séparer de leur exploitation a commencé à se poser en 2009, avec l’arrêt de l’élevage des cochons. Nous avons pris le temps de bâtir un vrai projet de vie, qui ait du sens… ou plutôt « des » sens : respecter ce qui avait été élaboré jusqu’ici par les générations précédentes, s’approprier les traditions, ainsi que les atouts de cette terre du bon vivre, aujourd’hui partagés grâce au tourisme agricole et artisanal notamment, sans oublier nos propres goûts, connaissances et acquis, tant culturels que techniques, y compris du côté de Cyrille, né à Grenoble, l’autre pays de la noix, de grands-parents maraîchers parisiens. Nous avons alors mené notre transition en douceur, en faisant des choix, de renoncement mais aussi de diversification.
Objectif : faire vivre cette tradition « discrète » de la noix et de l’huile de noix, du verger au moulin, en changeant le regard, et en suivant la devise « savourer, c’est savoir et partager » !
Mamie et sa petite fille Thalia passent la roulette pour ramasser les noix dans la pente
Quand la ramasseuse ne peut passer dans un verger trop pentu, le ramassage reste manuel, facilité par cette « roulette »… utilisée aussi par certains joueurs de golf !
Nous nous sommes rencontrés à Paris, dans le cadre professionnel, en menant de belles activités dans le monde de la recherche et de l’énergie qui nous ont permis en 2012 de rejoindre Bordeaux, plus proche de Ligneyrac et facilitant nos allers-retours de fin de semaine et pour les « vacances ». Cette double activité nous a contraint à un choix stratégique : concentrer la reprise de l’exploitation sur les noyers, et valoriser les noix que nos parents travaillaient déjà sous le signe de qualité de l’AOC « Noix du Périgord », en établissant notre « Moulin de la Vie Contée ».

Entre le château de l'ancienne Vicomté de Turenne et Collonges-la-Rouge

Collonges-la-Rouge - siège de l’association des plus beaux villages de France
© Olivier GACHEN / Corrèze Tourisme

Collonges-la-Rouge, la « cité aux 25 tours », siège de l’association des plus beaux villages de France.

Ce terroir superbe pour ses paysages et pour les noyers est aussi chargé d’histoire, de par son positionnement stratégique aux confins des anciennes provinces du Périgord, du Quercy et du Limousin, entre le village de Collonges-la-Rougela « cité aux 25 tours », et le village de Turenne, avec son Château de l’ancienne Vicomté. L’histoire de cette Vicomté de Turenne est à (re)découvrir, elle qui fût la dernière à rejoindre le Royaume de France en 1738, au grand dam des vicomtins dont les impôts décuplèrent alors.
« Heureux comme un vicomtin » disait le proverbe…
Nous rendons discrètement hommage à cette grandeur passée, ainsi qu’à cette beauté paysagère intemporelle, d’un clin d’œil orthographique : « la vie contée » … et vous invitons à lire, relire ou écouter les travaux essentiels de la Société historique et archéologique de Corrèze, qui permet un libre accès aux conférences de sa présidente Madame Marguerite Guély, dont plusieurs portent sur la Vicomté de Turenne.
Le château de l’ancienne Vicomté de Turenne, dont il ne reste que la tour César et la tour de garde, avec entre le deux un magnifique jardin à la française, et le village de pierre à flanc de coteau.
© Photo Gilles Bergeal / Corrèze Tourisme

Côté richesse géologique, des informations très intéressantes sont disponibles gratuitement dans un « Espace de Découverte de la Faille de Meyssac et de la Pierre » , au centre du village voisin de Noailhac. Plusieurs randonnées sont possibles pour prendre le temps de la découverte, dont la « randonnée des musées », qui lie justement cet Espace de Découverte à notre Moulin, mais aussi à la Maison de la Sirène de Collonges-la-Rouge, ou encore le Musée des Quatre Demoiselles à Saillac.

Enfin, comment ne pas être gaillards et fiers au Pays de Brive la Gaillarde, lorsque l’on vit à un quart d’heure de son fameux marché proposant tant de beaux et bons produits ? Outre les bottes d’oignons chantées avec humour par Georges Brassens , on peut bien entendu y trouver noix en coque et cerneaux, dont la qualité est reconnue depuis 2004 par une Appellation d’Origine Protégée (AOP) « Noix du Périgord ».

Marché de Brive-la-Gaillarde - bottes d'oignons
Le fameux marché sous la "halle Georges Brassens" de Brive la Gaillarde, où l'on trouve non seulement les bottes d'oignons chantées par Georges Brassens, mais aussi de très nombreux produits régionaux dont la noix AOP du Périgord.
En 2018, c’est le savoir-faire sur l’huile, pressée à chaud ou à froid, qui a été reconnue par une appellation d’origine contrôlée (AOC), et avec notre Moulin de la Vie Contée, nous n’avons pas été étrangers aux derniers travaux pour l’obtention de cette belle reconnaissance consacrée par l’Institut National des Appellations d’Origine (INAO).
Ce Moulin de la Vie Contée, le désir d’en faire un lieu de vie s’est lentement cristallisé, au fil des années, pour finir par s’imposer comme une évidence en 2015 ! Restait alors à en faire une réalité, en quelques années de travaux, afin de vivre au plus près cette « connaissance productive du Réel » chantée par René Char dans son poème ‘Moulin Premier’.
Fermer le menu
×
×

Panier

[contact-form-7 id= »298″ title= »Contact form »]